Contactez-nous

Envoyer votre message

Economie circulaire et interopérabilité

06/08/2019


A l'occasion de l'Université d'été de GS1 France, nous abordons le sujet de l'économie circulaire. Les prises de consciences face aux enjeux climatiques et à la limite d'utilisation des ressources naturelles sont de plus en plus présentes. L'économie circulaire, en opposition à l'économie linéaire, tend naturellement à être la meilleure voie pour assurer la pérennité de la planète et la survie de notre société.

 

La prospérité de ce nouveau modèle économique repose sur la data, sa mise en commun et son exploitation pour comprendre et optimiser cette voie.

 

En effet, la mise en place et l'amélioration de solutions adaptées ne peut se faire sans données, enrichies par l'ensemble des acteurs impliqués dans l'écosystème comme le producteur, le fabricant, le logisticien, le distributeur, jusqu'à celui chargé de recycler et réintégrer la matière première dans le cycle de production.

 

L'enjeu qui se dessine est donc la compréhension, le partage et l'intégration des données quelques soit les plateformes ou applications des acteurs. Dans un terme plus technique, cela correspond à l'interopérabilité.

 

Voir aussi
Vers une obligation complète de la facture électronique ?
06 septembre 2019
La facture est un document central de la vie des entreprises. Elle est tout d’abord une demande de paiement des biens ou services délivrés. Elle contient les informations nécessaires à la comptabilisation chez le vendeur et le client.
La donnée au centre de l'économie circulaire
29 aot 2019
Les nouveaux modèles économiques reposant sur l'économie circulaire se base sur l'idée que les déchets sont utilisés (ou réutilisés) comme ressources. Ainsi, à l'inverse de l'économie linéaire, déchet = ressource.
Logistique inverse
15 aot 2019
La voie de l'économie circulaire implique une multitude de changement de la part des pouvoirs publics, des consommateurs et des entreprises. Pour ces dernières, il leur faut repenser leur logistique pour inclure de nouveaux acteurs et disposer d'une logistique "inverse".